Bibliographie

Extraits d'oeuvres publiées

Vive Guitare (1946)

A l'exception de Vive Guitare, qui affiche une orientation nouvelle de la poésie vers la chanson, l'ensemble de ces publications confirme l'attachement à la vocation poétique de l'auteur mais ne reflète pas une évolution, dans la mesure où la chronologie éditoriale masque la date réelle de leur écriture. La Pluie sur les boulevards, poème épique et hermétique de «douze cents vers», s'inscrit fort justement entre L'Empire et la Trappe et Race des Hommes. Rempart et La Beauté de l'amour constituent deux tentatives formelles différentes de tout ce qui précède (mais restent versifiés), ont écrits dans le cadre d'Antibes, vers 1943. Dès lors, Audiberti sait qu'il écrira toujours poétiquement, quelles que soient les apparences du texte.


La Pluie sur les boulevards
[...]
L'ampère chamarré fils du lunisolaire,
vibrait de révérence à ce qui le tolère
et, morts le stade et l'hui, sur nos louches raglans
escortait, au cimier du désert des beuglants,
de la natale mer la fibre qui nous goûte.
Calme, la mer, là, donc, ouvrit, goutte après goutte,
sur le patrice, où tout prétendre se rebût,
inépuisablement sa ressource, et sans but,
frappant, de longs argents sans yeux pour les cadastres,
le roux grelottement de notre espèce d'astres.

La Pluie sur les boulevards, rééd. Poésie/ Gallimard, 1995, page 44

 

Rempart

La vieille
Il naquit là dans la carrière
du Saint-Esprit, oui, là derrière.
Comment vendrait-il des poisons !
Son père faisait des maisons.
L'enfant, le soir, cherchait des astres,
comme on prétend que font les pastres,
blancs petits soleils de ciment
dans les cheveux, noir firmament
du maître au parfum de chaux grasse
que celui de l'aïl seul surpasse.

Rempart, Gallimard, 1953, page 29

Haut de page